Friday, 11 August 2006

Pétrole en fin de course

Filed under: — Muad'dib

Warning: file_exists() [function.file-exists]: Unable to access /mnt/105/sdb/c/5/sourisdudesert/caticons/Oil.gif in /mnt/110/sda/c/5/sourisdudesert/wp-content/plugins/cat-icon.php on line 51

Warning: file_exists() [function.file-exists]: Unable to access /mnt/105/sdb/c/5/sourisdudesert/caticons/Energie.gif in /mnt/110/sda/c/5/sourisdudesert/wp-content/plugins/cat-icon.php on line 68

Agence internationale de l’énergie : “Le monde est pour l’heure capable de supporter les secousses qui affectent les pays producteurs de pétrole et font voler les cours de record en record, mais sa marge de sécurité demeure d’une faiblesse extrême”

“Courir 400 m, c’est aller à la rencontre d’un mur qui surgira invariablement dans le dernier hectomètre. «Une course pas normale, dit Marie-José Perec , où tu pousses ton corps à l’extrême.»”

“Le marché pétrolier, déjà très tendu, affronte actuellement une rafale de mauvaises nouvelles” (Nigéria, Irak, Venezuela, Alaska)

«T’as mal à la tête, t’as mal au ventre, t’as mal au cul, t’es rempli d’acide lactique à te jurer que jamais plus tu ne recommenceras.»

“Le pétrole de la mer du Nord, le Brent, s’est hissé lundi à un nouveau record historique, à 78,64 dollars le baril”

«Ça fait peur, ça demande du courage de passer à 1 seconde de son record au 200 quand on sait ce qu’il y a derrière.»

“Cette capacité (de production excédentaire) non utilisée, cruciale aux yeux des marchés puisqu’elle représente la seule marge de sécurité disponible en cas de perturbation de la production, n’est actuellement que de 2 millions de barils par jour ”

«Une incapacité à avancer. On ne fait plus ce qu’on veut, on voudrait courir normalement, on ne peut plus.»

“L’AIE table ainsi sur une croissance de 1,4% de la demande cette année, à 84,8 mbj, puis sur une accélération à +1,9% en 2007, à 86,4 mbj.”

“Tu es sur la ligne. Tu regardes le tour de piste, tu sais exactement où tu vas souffrir. Je crois que beaucoup d’athlètes partent lentement parce qu’inconsciemment ils redoutent la douleur. Moi, je vomissais après la course, mais aussi avant, à cause de cette appréhension de la souffrance.”


(Libé) Le supplice du tour de piste

(LeMonde) Le monde résigné face aux barils manquants, mais vulnérable

Aucun commentaire »

No comments yet.

Ecrire un commentaire

You must be logged in to post a comment.

Powered by WordPress